05 août 2005

Critique : Wave Race Blue Storm

00031431    Wave Race Blue Storm c'est mon premier jeu gamecube, il a, de ce fait, un petit quelque chose en plus par rapport aux autres de mes jeux. Il faut ajouter que j'étais auparavant un fan inconditionnel du premier Wave Race (sur Nintendo 64), j'ai donc forcément un point de vue un peu biaisé sur cette licence -même si tout le monde à un point de vue biaisé par définition, enfin bon on va pas commencer à philosopher, ahem... -. C'est donc la suite d'un jeu qui faisait parti du top des jeux N64 bien qu'il était sorti au début de la vie de cette console, comment s'en sort donc cette suite ? C'est ce que nous allons tenter d'élucider tout de suite.

Le premier effet Kisscool

    Ce qui se dégage en premier de ce titre, c'est la fraîcheur du jeu. Nous sommes à bord d'un jet des mers dans une course contre 7 autres compétiteurs. Ca nous change des sempiternels jeux de course à bord de voiture, n'est-il pas ? Wave Race Blue Storm, c'est une ambiance : c'est l'été il fait beau, il fait chaud, la plage est à côté, les moteurs bourdonnent, les vagues claquent, le vent souffle, l'eau mouille (si si)... Une vrai sensation de liberté et de vacances émane de ce jeu.
    Mais revenons sur la terre ferme, qu'en est-il de l'aspect technique ? Pour ma part, j'ai été plutôt bluffé la première fois que j'ai pris la manette, les décors sont enchanteurs, et comme dans tout bon jeu Nintendo, chaque course a son thème, sa charte graphique. C'est donc à chaque fois des parcours bien différents qui s'offrent à vous avec pour principe de slalomer entre des bouées. Cette immersion est renforcée par plein de petits détails qui font qu'on reconnaît tout de suite le 'Nintendo Seal Of Quality' :
- mer transparente par moment où l'on voit à la fois faune et flore
- gouttes d'eau qui s'écrasent sur la caméra
- écrans de chargement rapides et interactifs
- présentation de la piste en début de course avec commentaires sur la météo et commentaires de votre manager sur comment gérer la course
- commentaires du speaker pendant la course pour vous congratuler ou vous railler selon vos performances
- son en 5.1 pour les plus fortunés
- gestion de la météo
Justement parlons-en de la météo.

Le deuxième effet Kisscool

    La principale innovation de ce nouvel opus, c'est la gestion de la météo d'où le titre 'Blue Storm'. Vous participez à un championnat où vous affrontez les pistes une à une avec une météo différente pour chaque piste et les prévisions sur plusieurs jours qui peuvent changer (comme dans la vraie vie quoi ). Vous arrivez donc tranquillement sur votre première course, il fait beau, la mer est calme, course facile, vous finissez premier. Deuxième course : couvert avec un peu de vent, ça se corse un peu, la mer est un peu plus agitée, les virages se prennent plus difficilement, mais comme vous avez la chance du débutant ça ne vous empêche pas de finir dans les trois premiers. Troisième course : la météo prévoit un ciel couvert, vous vous dites 'ça va alors j'ai pigé le truc, ce coup la première place est à moi', au premier tour vous êtes en tête non sans mal, mais voilà qu'il se met à pleuvoir et que le vent se lève. C'est donc avec une grande difficulté que vous restez agrippezrà la première place à la fin du deuxième tour. Mais voilà, ce n'est pas un petit crachin de breton en fait mais une vraie tempête qui vous tombe dessus avec son lot de vagues de 3 m de haut, ses lames de fond, la mer qui se retire, et donc le parcours qui se modifie. Et là, c'est le drame. Vous avez raté votre cinquième bouée à cause de cette foutue vague. Il faut tout recommencer...
     Vous avez bien compris toute l'astuce de cette météo changeante ? Elle permet de redécouvrir les circuits que vous commencer à connaître par coeur et de proposer un véritable défi au joueur avide de sensations fortes. Mais ne vous inquiétez pas, vous avez tout de même le loisir de choisir quelle piste correspondra à quelle météo qui vous est imposée pour cette journée de compétition. Ce qui permet de placer une météo facile sur les pistes les plus ardues, ou bien de vous assurer des points en plaçant un temps calme sur les pistes simple et jouer votre va-tout sur la piste hard avec tempête... Toutes sortes de combinaisons sont possibles, c'est ça le deuxième effet Kisscool...

Le troisième effet Nintendo

    C'est maintenant que la magie Nintendo fait son oeuvre, car à quoi bon de bonnes idées dans un gameplay mal agencé ? Même s'il est vrai que les premières parties se révèlent compliquées car on ne conduit pas un jet des mers comme on conduit sa porsche. Mais on s'y fait très vite et après moins d'une dizaine de courses on maîtrise son véhicule comme Michael Schumarer conduit sa F1. On se surprend à dompter la vague à pencher son véhicule bien comment il faut, lever le nez pour mieux passer la vague, faire des acrobaties, etc. Oui des acrobaties en quantités que vous pouvez étaler dans un mode dédié, le 'Stunt Mode'. Je me dois, aussi, de vous parler du turbo que vous pouvez déclencher à tout moment si vous avez accumulé 5 points de turbo. Ces points s'obtiennent au franchissement de chaque bouée ou à l'exécution d'une acrobatie maîtrisée. Vous pouvez donc rattraper votre retard sur vos adversaires à tout moment, mais méfiez-vous ! eux, aussi, disposent du turbo.
     Le poids du conducteur est pris en compte. Vous pouvez pencher le bateau vers l'avant pour aller plus vite ou prendre un virage long en perdant le moins de vitesse possible. Vous pouvez aussi tirer le guidon vers l'arrière afin de prendre un virage plus cours pour mieux freiner. Un bouton vous permet aussi de vous accroupir afin d'offrir un minimum de prise au vent et donc, d'être le plus rapide en ligne droite.
Plusieurs modes de jeu vous sont proposés : un mode championnat, un mode course simple, un mode acrobatie, un mode training, un mode multijoueur et enfin un tutorial. Vous pouvez choisir entre 8 personnages chacun avec ses forces et ses faiblesses. Et enfin le niveau de difficulté du championnat est réglable, ce qui se traduit par un ajout de courses et une météo plus mouvementée dans les modes les plus difficiles.
     Si jamais vous vous ennuyez de finir toujours premier dans le championnat expert, vous pourrez toujours tenter de battre vos records dans les différentes conditions climatique.

    Pour conclure, si vous êtes, comme moi, un accroc aux jeux de courses et que vous vous ennuyez durant l'été dans votre misérable studio, foncez acheter Wave Race Blue Storm : c'est pas cher, c'est original, c'est une valeur sûr. C'est Nintendo !

Posté par superyoyo à 12:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Critique : Wave Race Blue Storm

Nouveau commentaire